Casques

4 mars 2015

Essai casque GPA Bellagio

Essai casque GPA Bellagio

Un jet en hiver

Malgré des conditions peu favorables, nous avons profité de l’hiver pour tester le GPA Bellagio, un casque jet original qui se démarque par son système d’écran breveté. Un essai glacial, mais convaincant…

Le mécanisme d'écran est original est permet au Bellagio de s'affranchir de toute aspérité externe. Un on point pour éviter les sifflements aérodynamiques !

Le mécanisme d’écran est original est permet au Bellagio de s’affranchir de toute aspérité externe. Un on point pour éviter les sifflements aérodynamiques !

Essayer un casque jet en hiver… Vous parlez d’une mission ! Il pleut, il caille et on chope une bronchite le temps de dire ouf. Bon, sur des customs baggers assez protecteurs et pour aller chercher le soleil sur la côte, il faut reconnaître que c’était pas mal, surtout pour une fin novembre. Mais après, ça s’est corsé ! L’essai au quotidien sur un roadster dénué de protection quand ça commence à cailler sec (ou alors bien mouillé), c’est pas la joie… Et pourtant, le Bellagio s’en sort bien. Hyper fluide, ce jet GPA est quasiment dénué d’aspérités, exception faite des emblèmes et des diverses fixations du système d’écran, masquées soit par des rivets métalliques (bôôôô…) soit par des pions en plastique noir (moins beau). Ce look lisse comme un galet est inédit pour un jet avec écran, grâce à un système breveté par GPA. Le Bellagio a bien un mécanisme, mais interne.

Rien ne dépasse et le fabricant français parle d’absence « de sifflement, de bruit parasite ou de prise au vent ». On vérifiera ça en dynamique, mais il faut reconnaître que ça a de l’allure ! Revers de la médaille, le Bellagio ne propose aucune aération ou prise d’air, pour conserver cette fluidité aérodynamique et le démontage de l’écran impose de passer par la case outillage. En revanche, cette absence d’accessoires rapportés profite au poids. Très léger pour un casque en polycarbonate (avec 1 046 g sur la balance, le Bellagio est plus light que le Carbon Air de la marque, à coque en fibre !), ce casque ne pèse pas grand-chose en main et guère plus sur la tête. L’enfilage se fait aisément, même lunettes en place. Les porteurs de lunettes à branches épaisses pourront peut-être se plaindre d’un appui sur les branches, mais cela ne s’est manifesté que pour des branches très spécifiques. Le reste du temps RAS. En revanche, les mousses des joues, assez épaisses, remontent assez haut et compriment légèrement le bas des oreilles.

Je rêve de Côme et de Guzzi…

L'intérieur doux est entièrement démontable, mais les mousses de joues appuient un peu sur les oreilles.

L’intérieur doux est entièrement démontable, mais les mousses de joues appuient un peu sur les oreilles.

En dynamique, le Bellagio montre du bon, et du moins bon. Le bon, c’est un réel confort acoustique lié à l’écoulement de l’air. Comme annoncé, les sifflements sont minimes et la fluidité du casque fait que la tête n’est pas ballottée par les turbulences, même sur un roadster. L’écran est assez long et protège les yeux de tout courant d’air intempestif. De bonne qualité optique et légèrement teinté, il permet de supporter un bref éblouissement, ce qui peut arriver facilement en hiver avec un soleil à la course plus basse. En revanche, notre modèle d’essai a pris l’eau. Pas lors d’une petite averse, ni en roulant à vitesse soutenue lorsque l’écran est bien plaqué contre son joint. Mais une bonne drache en ville, avec de nombreux arrêts, a révélé un défaut d’étanchéité près du pion de centrage de l’écran (voir photos).

Rien de catastrophique mais pas top, notamment pour un casque demi-jet dont la vocation est à priori plus urbaine que sur les longs trajets… Cela est toutefois peut-être dû à l’écran de notre modèle de test, légèrement ondulé à cet endroit. Si l’aérodynamique est bonne, le confort acoustique est lui plutôt moyen. On est loin de l’insonorisation royale des modèles en carbone du fabricant. Le confort global est satisfaisant, même si les oreilles souffrent un peu à la longue du fait des mousses de joues citées plus haut. En revanche, bon point pour la garniture de la jugulaire, qui épargne les frottements sur le cou. En parlant de jugulaire justement, celle-ci mérite pour nous un carton jaune, à défaut d’être rouge. La boucle micrométrique employée ne comporte que quatre crans et s’avère être très courte. Si ce choix peut se justifier pour éviter qu’une trop grosse partie de cette boucle ne dépasse, on peut quand même flipper un peu à la vue de cette sangle archi-courte ! Mais, à priori, cela ne se résume qu’à un sentiment infondé car cette boucle ne bouge pas d’un millimètre… Enfin, l’intérieur, au velours agréable au toucher, est entièrement démontable et lavable.

Assez confortable, stylé grâce à son écran « flottant » et doté d’une aérodynamique soignée, le Bellagio possède de nombreux atouts sans égaler toutefois la prestance des versions carbone, tant sur l’insonorisation que sur le confort. Mais il faut reconnaître que le petit dernier de chez GPA ne joue pas vraiment dans la même cour que ses aînés, avec un tarif de 179 € ! Et, à ce tarif, le Bellagio n’est pas si mal placé pour qui cherche un jet original… Ça donne envie d’aller cruiser au bord du lac de Côme !

ON AIME : ON N’AIME PAS :
+ Le look, lisse comme un galet – L’insonorisation pas optimale
+ Le mécanisme d’écran original et intelligent – L’étanchéité de notre modèle d’essai
+ L’écran, long et suffisamment protecteur pour les yeux – Quelques détails de finition faisant « bas de gamme »
+ Le tarif plus que raisonnable

 

FICHE TECHNIQUE

Casque demi-jet en polycarbonate, fixation d’écran à mécanisme interne brevetée, intérieur velours démontable et lavable, fermeture par boucle micrométrique, joint de bord moulé.
Du XS au XL en quatre coloris : blanc brillant, gris métallisé, noir brillant et noir mat.
Poids : 1 000 g annoncés, 1 046 g vérifiés en M (57/58).

TARIF

Casque : 179 €
Écran : 36 €

NOTES

Finition : 7/10
Équipement : 6/10
Enfilage : 10/10
Port de lunettes : 9/10
Manipulation ventilations : sans
Manipulation écran : 8/10
Confort acoustique : 7/10
Champ visuel : 9/10
Étanchéité : 6/10
Rapport qualité/prix : 9/10

NOTE GLOBALE

7,9/10

Photo : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontaineÉcran fermé, rien ne dépasse. Pas de platine, pas de rebord, pas d'interstice... Fluide, lisse et aérodynamique ! Photo : Benoît LafontaineLe mécanisme d'interne est bien conçu, mais impose l'emploi d'outils pour démonter l'écran. Photo : Benoît LafontaineLa jugulaire est bien positionnée et dispose d'un confortable petit coussin pour les cous sensibles. Photo : Benoît LafontaineLa peinture de notre exemplaire d'essai est superbe, profonde et métallisée. Un coloris mat est quand même plus triste non ? Photo : Benoît LafontaineLe pion de centrage de l'écran est le seul endroit où de l'eau a fini par s'infiltrer, entre l'écran et le joint, et en ville uniquement. Photo : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontaineUn peu courte cette boucle micrométrique ! Mais à priori fiable donc bon... Photo : Benoît LafontaineL'intérieur en velours est douillet. Photo : Benoît LafontainePhoto : Benoît LafontaineLes mousses de joues un peu volumineuses tassent les oreilles. Sur un long trajet, cela peut vite devenir inconfortable. Photo : Benoît LafontaineL'intérieur est entièrement démontable et lavable. Photo : Benoît LafontaineLa finition est par endroits un peu légère, comme sur ce point où la garniture n'est pas maintenue. Dommage ! Photo : Benoît LafontaineGPA a l'habitude de soigner les finitions, et cela est confirmé avec ce Bellagio. Matez ce petit rivet en métal ! Dommage que les pions de masquage des fixations d'écran soient noires et non de la couleur du casque... Photo : Benoît Lafontaine

Par Simon Palatchi, photos Benoît Lafontaine

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*