Vestes / Blousons

11 juin 2015

Essai gilet Spidi Airtech Armor, Warrior Evo et Thorax Warrior

Essai gilet Spidi Airtech Armor, dorsale Warrior Evo Inside et protection Thorax Warrior

Blindage estival

Ça y est, les fortes chaleurs (voire très fortes) sont revenues. Et avec elles le dilemme habituel : que met-je pour sortir en moto ? Et pourquoi pas un gilet coqué, comme ce Spidi Airtech Armor équipé de ses protections additionnelles ?

Spidi a pensé à intégrer deux poches à son gilet Airtech Armor, un vrai plus pour emporter le minimum syndical.

Spidi a pensé à intégrer deux poches à son gilet Airtech Armor, un vrai plus pour emporter le minimum syndical.

C’est régulier : l’été on croise des motards affublés de toutes sortes de tenues. Il y a les irréductibles, toujours en cuir, quitte à suer comme un bœuf en dessous. Il y a les pragmatiques, qui optent pour un blouson textile ventilé, dont nous avons déjà essayé quelques représentants. Et il y a les kamikazes, en t-shirt, voire en short et, cas extrême, en tongs. Si, si, il y en a ! Pour faire 50 mètres en ville, ce n’est déjà pas raisonnable (à 50 km/h la peau résiste mal aux frottements sur le bitume et les chocs sont déjà très rudes), au-delà c’est simplement suicidaire. Pour ceux qui auraient chaud même avec un blouson mesh, notamment à l’arrêt où à basse vitesse, il existe une ultime solution : le gilet coqué. Spidi en est l’un des pionniers et nous avons donc pu essayer ce Airtech Armor, un peu avant l’hiver (aglagla…) et surtout depuis ces dernières semaines, notre astre calorifique donnant le meilleur de lui-même !

Ce gilet est doté d'un textile mesh si aéré que l'on voit à travers ! Protections, couleur et marque du t-shirt...

Ce gilet est doté d’un textile mesh si aéré que l’on voit à travers ! Protections, couleur et marque du t-shirt…

Ultra-léger, ce gilet filet est des plus élémentaires. Constitué à près de 100 % de tissu mesh à haute ténacité, il comporte deux manches et…et c’est déjà pas mal. Si la finition globale est satisfaisante, les ouvertures au niveau des aisselles nous ont laissés plus dubitatifs, tant essayeur que photographe. Pourquoi n’y a-t-il pas de tissu là ? L’une des explications la plus évidente est que Spidi à pensé à la transpiration, ce gilet pouvant être porté à même le corps. Pas de sueur sur le tissu, pas d’odeur…et des aisselles bien ventilées ! Spidi a également prévu deux poches bien pratiques pour conserver avec soi le minimum vital avant de partir en virée (papiers du véhicule, permis, carte bleue, préservatifs…ben quoi faut sortir protégé non ?). Attention délicate. D’un point de vue finition, ce gilet Spidi se montre à la hauteur des autres produits du fabricant transalpin, même si certaines coutures sont un peu grossières.

Enfin, le Airtech Armor dispose de nombreuses sangles (deux sur chaque bras, six dans le dos et au niveau des côtes) pour disposer ce gilet au plus près du corps que vous soyez en t-shirt ou en pull en dessous, selon la température extérieure. Vous pouvez même l’enfiler sur ou sous une veste si vous souhaitez arriver à votre rendez-vous présentable ET protégé, mais il y a tout de même risque de déformer un peu le tailleur avec les coques.

Armure en option ?

L'impressionnante dorsale est une option importante à nos yeux, car elle permet d'utiliser pleinement le Airtech Armor comme un élément de protection.

L’impressionnante dorsale est une option importante à nos yeux, car elle permet d’utiliser pleinement le Airtech Armor comme un élément de protection.

Car ce gilet n’a pas pour seul but d’être bien aéré, il est surtout là pour être bien protégé. Et, pour tester ce Airtech Armor à fond, nous avons choisi de l’équiper des deux protections optionnelles : la dorsale Warrior Evo Inside et la protection thoracique Thorax Warrior. D’origine, le gilet est fourni avec deux paires de coques Forcetech homologuées CE EN 1621-1 non amovibles, qui se font oublier à l’usage pour peu que les manches aient été bien ajustées et qui couvrent au final la quasi-totalité du bras, du haut de l’épaule jusqu’au milieu de l’avant-bras. Pas mal et c’est le minimum en termes de protection. Certes, le tissu mesh semble bien mince mais Spidi assure d’une certaine résistance à l’abrasion (en tout cas plus qu’un t-shirt ou, pire, la peau elle-même). La dorsale optionnelle est, à notre avis, impérative. Un peu chère, elle se fait elle aussi complètement oublier à l’usage.

Fixée par deux velcros, elle ne bouge pas et les nombreuses sangles d’ajustement permettent de plaquer le gilet. Homologuée EN 1621-2 niveau 2 (le plus élevé à l’heure actuelle), cette dorsale, équivalente à la Warrior Evo aux bretelles près (celle-ci en est dépourvue), est de plus adaptable dans certains des blousons ou combinaisons piste de la marque.

Le plastron thoracique apporte un surcroît de protection, sans être trop inconfortable. Il peut, qui plus est, passer sous n'importe quel équipement grâce au harnais fourni !

Le plastron thoracique apporte un surcroît de protection, sans être trop inconfortable. Il peut, qui plus est, passer sous n’importe quel équipement grâce au harnais fourni !

Enfin, la protection thoraxique est plus facultative et contraignante à l’usage, mais le sentiment de sécurité induit est bien réel. Protégeant le torse et les côtes flottantes, la Thorax Warrior se fixe au gilet via deux boutons pression et complète la panoplie pour une protection maximale. De plus, cette protection thoracique homologuée EN 1621-3 est livrée avec un harnais qui lui permet d’être indépendante et de passer sous n’importe quel blouson ou veste, de marque Spidi ou non.
En roulant, l’air passe un peu moins une fois toutes les protections en place mais, soyons francs, il n’existe rien de plus léger sur le marché à l’heure actuelle tout en offrant un tel niveau de protection. Par ailleurs, protections dorsale et thoracique sont étudiées pour laisser passer l’air. Même lorsque le mercure passe les 33° sous abri, il fait donc relativement bon et on supporte l’ensemble sans souci.

La note ci-dessous est celle du gilet avec les options, qui revient à près de 300 €. Soyons francs, même si la protection est sans commune mesure avec ce qui se fait chez la concurrence, c’est très cher pour un équipement à l’utilité limitée aux seules périodes de température élevée (sous 15° C, même avec un bon pull, c’est plus que limite). Mais, avec la possibilité d’utiliser les protections dans d’autres produits, la polyvalence augmente. Seul, le gilet Airtech Armor est proposé à un tarif tout à fait raisonnable pour rouler l’été avec un minimum de protection. Alors, avant d’enfourcher votre moto dans le plus simple appareil, pensez à ce genre d’équipement ! Nous on adopte ! Notez enfin que le modèle noir essayé se double d’une version écrue, potentiellement encore plus agréable par fortes chaleurs puisque claire.

ON AIME : ON N’AIME PAS :
+ La légèreté imbattable ! – Les équipements optionnels un peu chérots
+ Le haut niveau de protection procuré avec les options – L’absence de pack complet (gilet + dorsale + thorax) à tarif décent
+ La possibilité d’utiliser les équipements optionnels dans d’autres produits – La finition parfois légère (coutures notamment…)
+ Le tarif raisonnable du gilet seul
+ La finition globalement bonne

FICHE TECHNIQUE

Gilet de protection en tissu mesh à haute ténacité, deux poches externes, sangles de réglage aux bras protections Forcetech homologuées EN 1621-1 aux coudes et aux épaules, protection dorsale optionnelle Warrior Evo Inside homologuée EN 1621-2 de niveau 2, protection thoracique optionnelle Thorax Warrior homologuée EN 1621-3.
Existe en S, L ou XXL en noir et écru.

TARIF

Gilet Airtech Armor : 99,90 €
Protection dorsale Warrior Evo Inside : 89,90 €
Protection thoracique Thorax Warrior : 99,90 €

NOTES

Finition : 7/10
Enfilage : 7/10
Confort : 8/10
Étanchéité : sans
Aspects pratiques : 6/10
Protection : 10/10
Rapport qualité/prix : 5/10

NOTE GLOBALE

7,2/10

Photo : Emilien BraudPhoto : Emilien BraudPhoto : Emilien BraudPhoto : Emilien BraudL'imposante dorsale optionnelle est bien visible sous la légère maille mesh ! Photo : Emilien BraudLa protection thoracique optionnelle apporte un vrai plus en termes de sécurité, mais n'est pas impérative. Photo : Emilien BraudLa protection thoracique optionnelle apporte un vrai plus en termes de sécurité, mais n'est pas impérative. Photo : Emilien BraudSpidi a prévu deux poches assez vastes, et doublées d'un revêtement déperlant sur l'extérieur. Le reste du blouson n'étant absolument pas étanche, ces poches ne sont en aucun cas un refuge pour smartphone en cas d'averse impromptue... Photo : Emilien BraudSpidi a prévu deux poches assez vastes, et doublées d'un revêtement déperlant sur l'extérieur. Le reste du blouson n'étant absolument pas étanche, ces poches ne sont en aucun cas un refuge pour smartphone en cas d'averse impromptue... Photo : Emilien BraudLes manches peuvent s'ajuster via deux sangles, sur l'avant-bras et le biceps. Photo : Emilien BraudCe trou fait un peu cheap ! Il semblerait que ce soit pour des raisons de transpiration, afin d'éviter de suer à mort sur le mesh... Aisselle au frais garantie ! Photo : Emilien BraudSix sangles permettent le réglage aux petits oignons du Airtech Armor, en fonction des protections installées ou non et des vêtements portés en dessous. Photo : Emilien BraudLa protection thoracique Thorax Warrior est retenue par une sangle dorsale et deux pressions. Sinon, elle est fournie avec son propre harnais, pour être mise sous n'importe quel blouson de n'importe quelle marque ! Photo : Emilien BraudLa protection thoracique Thorax Warrior est retenue par une sangle dorsale et deux pressions. Sinon, elle est fournie avec son propre harnais, pour être mise sous n'importe quel blouson de n'importe quelle marque ! Photo : Emilien BraudLa protection thoracique Thorax Warrior est retenue par une sangle dorsale et deux pressions. Sinon, elle est fournie avec son propre harnais, pour être mise sous n'importe quel blouson de n'importe quelle marque ! Photo : Emilien BraudDotée de ventilations, cette protection n'est pas trop pénalisante par temps très chaud. Photo : Emilien BraudLa dorsale est fixée par deux velcros. C'est ce qui distingue la Warrior Evo Inside de sa jumelle Warrior Evo, dotée de bretelles et d'une ceinture ventrale ! Photo : Emilien Braud

Par Simon Palatchi, photos Emilien Braud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*