Produits Divers

31 mars 2014

Essai jean Helstons Corden

Essai jean Helstons Corden

Premier de Corden

Réputée dans l’univers du cuir, la marque française Helstons se lance dans le jean. Nous avons essayé son premier rejeton masculin, le Corden.

Discret, le Corden ne signale extérieurement son appartenance à l'univers moto que par ce petit logo cousu !

Discret, le Corden ne signale extérieurement son appartenance à l’univers moto que par ce petit logo cousu !

Disponible en quatre coloris dont ce classique Stone « bleu lavé » (mais aussi un délavé Bleach et un enduit marron, le Paint), le Corden est un jean moto. Traduction : il est équipé de protections SAS-TEC amovibles aux hanches et aux genoux ! Homologué CE (usage urbain précise l’étiquette…), il est même renforcé avec des fibres aramides DuPont Kevlar, directement noyées dans le coton. Cela évite l’emploi d’une couche dédiée de Kevlar sur les parties exposées, comme certains de ses concurrents. Cela s’avérera particulièrement appréciable par temps chaud, pour ne pas baigner dans son fute…

Autres petits aspects pratiques, le Corden se dote de deux petits elastiques aux chevilles, censés empêcher le jean de coulisser sur la jambe en cas de chute. Enfin, les protections aux genoux sont réglables sur plusieurs positions. Côté style, c’est sobre et de bon goût. Le Corden évite l’écueil des grosses coutures aux genoux trahissant la présence de coques, ce qui lui permet de passer sans peine pour un jean classique, s’il n’y avait ce petit logo de moto le long de la poche arrière droite !

Coques-corico !

Le Corden embarque des protections nécessaires à son homologation moto.

Le Corden embarque des protections nécessaires à son homologation moto.

Facile à enfiler malgré la présence des coques aux hanches, le Corden présente un premier point faible : sa coupe. Tout va bien, jusqu’aux chevilles ! Pourquoi diantre est-il si long aux jambes ? Je ne suis pas un nain (180 cm quand je ne suis pas trop tassé), les coques aux genoux tombent bien… Il faut croire que Helstons pense également aux athlètes aux longues pattes. Avantage de cette coupe étrange, aucun risque de voir apparaître un feu de plancher, même en adoptant les positions les plus étriquées sur des roadsters ou des sportives. Assis sur la moto, le confort reste très bon et le Corden ne gène pas aux entournures. En revanche, les coques des genoux, bien positionnées en hauteur, se sont révélées assez facétieuses en largeur. En effet, une fois en selle on se rend compte que ces coques ne se positionnent pas toujours très bien par rapport au genou qu’elles sont censées protéger.

Assez rigides à froid, ces coques s’assouplissent un peu à chaud et épousent la forme de l’articulation. Une faible averse n’aura pas trempé le jean, dont la maille serrée résiste assez bien à quelques gouttes, mais un gros orage détrempera votre serviteur jusqu’au caleçon… Non, le Corden n’est pas étanche ! En marchant, ce jean Helstons est un peu lourd (logique avec les coques), mais rien de rédhibitoire. Affiché à 189 € pour ce Stone, le Corden fait payer ses qualités un peu cher, avec quelques petits défauts de conception. Mais sa fabrication soignée, sa sobriété et son confort valent que l’on s’intéresse à ce produit

ON AIME : ON N’AIME PAS :
+ Le confort – Le tarif, un poil élevé
+ Les réglages des protections aux genoux – La coupe bizarre
+ Le look, plus discret que d’autres jeans moto – Les protections des genoux qui tournent

 

FICHE TECHNIQUE

Jean moto en coton denim et fibres aramides DuPont Kevlar, coupe droite, protections SAS-TEC EN1621-1 aux hanches et aux genoux, protections genoux réglables en hauteur sur quatre positions, élastiques de maintien aux chevilles, quatre poches. Homologué CE.
Du 28 au 40 (tailles US) en bleu used (Raw), bleu lavé (Stone), bleu délavé (Bleach) et bleu surpeint Marron, façon toile enduite (Paint).

TARIF

169 € (Raw), 179 € (Bleach), 189 € (Stone) et 209 € (Paint)

NOTES

Finition : 9/10
Enfilage : 9/10
Confort : 8/10
Étanchéité : sans
Aspects pratiques : 7/10
Protection : 8/10
Rapport qualité/prix : 7/10

NOTE GLOBALE

8/10

Par Simon Palatchi, photos Emilien Braud

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*