Actus Générales

20 septembre 2016

Les gants obligatoires dès le 20 novembre 2016

Les gants obligatoires dès le 20 novembre 2016

Gants obligatoires ? Les bras m’en tombent…

La mesure était attendue, elle est désormais officielle : les gants homologués en tant qu’équipements de protection individuelle ou EPI sont désormais obligatoires sur un deux-roues motorisé !

Qu'ils soient sportifs, touring, hiver ou été, les gants sont désormais obligatoires à moto, scooter ou quad à compter du 20 novembre prochain !

Qu’ils soient sportifs, touring, hiver ou été, les gants sont désormais obligatoires à moto, scooter ou quad à compter du 20 novembre prochain !

Sécurité ? Admettons… Dommage que la France s’illustre une nouvelle fois par une décision de sanction et non d’incitation… Les pouvoirs publics ont décidé de lutter contre la mortalité routière et obligent donc les utilisateurs de deux-roues à porter…des gants. Seul le casque était jusqu’alors obligatoire. Vous pourrez trouver ici le décret n° 2016-1232 qui fixe les termes de cet impératif qui impose, « en circulation, tout conducteur ou passager d’une motocyclette, d’un tricycle à moteur, d’un quadricycle à moteur ou d’un cyclomoteur doit porter des gants conformes à la réglementation relative aux équipements de protection individuelle ». Fait tout à fait singulier, la notice en préambule insiste sur la volonté de « limiter les blessures graves aux mains et aux avant-bras » ! Les mains sont effectivement, avec les pieds, les parties du corps les plus touchées par un accident de deux-roues.

Mais nous voyons mal en quoi un gant, fut-il homologué EPI, peut protéger l’avant-bras, hormis quelques rares gants de compétition dotés d’une manchette très longue et très renforcée. A moins que l’avant-bras désigne aussi le poignet dans ce texte, cette articulation n’en faisant toutefois pas partie anatomiquement parlant. Mais revenons à nos moutons, enfin, nos mains !

Cautère sur main de bois ?

La mention CE ne suffit pas à être protégé. Désormais, un gant doit porter la mention EPI, et être porté, sous peine d'amende.

La mention CE ne suffit pas à être protégé. Désormais, un gant doit porter la mention EPI, et être porté, sous peine d’amende.

Ce ne sont pas des organes vitaux, et il eut été beaucoup plus rationnel de privilégier une sensibilisation et une incitation au port d’un blouson coqué et surtout d’une protection dorsale (a minima) voire d’un équipement airbag protecteur, pour ceux qui en ont les moyens. Mais non, les pouvoirs publics ont tranché, ce sera les gants ! Et gare aux contrevenants ! Conducteur comme passager doivent en être équipés, sous peine d’une amende de troisième classe soit 68 €, ou 45 € si minorée et un point si le conducteur manipule autre chose qu’un cyclomoteur). Et si c’est le passager ? Un point pour le conducteur aussi, comme pour la ceinture en voiture ! Là encore, on reste sans voix… Pourquoi sanctionner cette infraction du retrait d’un point ? Où est le danger manifeste pour les autres usagers de la route ? Où est la faute grave de conduite ? Bref…

Pas d’incitation via une TVA réduite, une sanction de plus qui pend au nez de l’utilisateur. Les gants devront bien entendu porter la mention EPI récemment introduite, ce qui signifie que vos replica en peau de kangourou australien qui vous ont surtout coûté la peau d’une partie sensible de l’anatomie pourront désormais vous servir à…jardiner. La moto, finalement, c’est comme le sexe. Intense, frémissant, vibrant et palpitant, et le mieux est de sortir couvert et protégé !

Si les gants hiver ou sport ont souvent une manchette longue et des coques de protection aptes à les faire rentrer dans la catégorie EPI, les gants été plus légers sont souvent moins protecteurs (manchettes courtes, pas de coques)... Plus le droit de les porter ? Rageant !

Si les gants hiver ou sport ont souvent une manchette longue et des coques de protection aptes à les faire rentrer dans la catégorie EPI, les gants été plus légers sont souvent moins protecteurs (manchettes courtes, pas de coques)… Plus le droit de les porter ? Rageant !

Par Simon Palatchi, photos S.P. et Émilien Braud

20 réflexions au sujet de « Les gants obligatoires dès le 20 novembre 2016 »

  1. Encore un moyen de faire du fric. Je ne vois aucune autre raison.
    Les prix vont augmenter; ça c’est une certitude.

  2. @ José Sanchez : Pas nécessairement… La certification EPI est déjà en place et plusieurs des gants que nous avons testés y répondent. En revanche, nous n’aurions pas été contre une baisse de TVA sur les produits de sécurité comme gants, bottes ou protections dorsales, afin d’inciter à les acheter et à s’en équiper. Cela aurait été probablement aussi efficace qu’une mesure répressive. Mais moins rentable…

  3. Ha oui les gants ???
    Et quand on voit des motards ou pilotes de scooter en short et tong ????
    Chercher l’erreur

  4. il est tout a fait normal que les personne qui roule en deux roues sois protéger au maximum lors d,une chute ou méme un accident comme il y en a souvent

  5. Que cette publication ne soit pas mal comprise… Nous ne disons à aucun moment qu’il ne faut pas porter de gants, bien au contraire ! Nous militons pour le port d’équipement moto en toutes circonstances et nous n’avons roulé plus « soft » qu’en une occasion pour l’essai de la Triumph 1200 Trophy. Et, même dans cet accoutrement costard-cravate, nous avions des bottes moto, des gants moto, un casque et une dorsale de course logée sous la veste. Ce que nous dénonçons ici est la verbalisation à outrance à venir, et non l’éducation et l’incitation au port d’équipements. L’instauration d’une norme de plus, même si elle va dans le sens d’une hausse de la protection, va mettre au rebut tout un tas d’équipements pourtant largement assez protecteurs pour les mains… Il y avait selon nous mieux à faire en la matière, mais probablement moins rentable ! Cet article vous fait toutefois réagir à voir le nombre de personnes qui s’y attardent, n’hésitez pas à commenter que vous soyez de France, de Navarre ou de Belgique, de Suisse ou encore du Québec (salutations à nos lointains cousins francophones !).

    Simon Palatchi

  6. L’autre incitant peut être, comme en Allemagne ou en Belgique, une ristourne sur l’assurance… ou une indemnisation plus faible en cas d’accident sans protection.

  7. Dans un accident, sans gants, j’ai failli me sectionner la main en voulant me ratraper sur une barrière de sécurité tranchante comme une lame de rasoir…

  8. Non, dans ce cadre de formulation, les quadricycles à moteur concernés sont les quads. Mais si l’on est zélés, il s’agit également des voiturettes sans permis ! Une voiture est un véhicule particulier (VP) ou véhicule utilitaire (VU) pour les versions commerciales et ne rentre donc pas dans cette catégorie. Après, vous pouvez conduire avec des mitaines ou des gants sportifs, c’est chic ! Surtout sur le volant en bois d’une belle ancienne. Ah non, c’est vrai, j’oubliais, on n’a plus le droit de les conduire non plus, même avec des gants…

    EDIT : Vérification faite l’interdiction s’applique aux véhicules ne disposant pas d’une ceinture de sécurité. Donc pour les quatre roues, seuls les quads sont concernés.

    Simon Palatchi

  9. C’est bien mais pour ceux qui comme moi possèdent des gants sans coques, qui nous ont protégés pendant des années grâce à leurs qualités et leur épaisseurs, vont être obligés de les balancer et acheter de nouvelles paires « aux normes »…à qui cela profite ? Ce ne serait pas mal d’obliger les constructeurs d’automobiles d’équiper les bagnoles avec des extincteurs au lieu des tonnes de gadgets dans les automobiles « suréquipées »…ça sauverai des vies !

  10. Bonjour tout le monde,

    Mes gangs n’ont plus d’étiquettes car ça me grattouillait sévère.
    Je n’ai pas l’intention de les changer. Il suffit de les regarder pour voir qu’ils ont tout ce qu’il faut pour protéger au mieux mes mains… J’espère juste que les forces de l’ordre sauront s’en apercevoir et je ne me retrouverais pas à être sanctionné pour rien.

    Un ami motard.

  11. @ Wotan : Il y a la lettre, et l’esprit de la lettre. L’esprit de la lettre, c’est évidemment de rouler protégé. Si les gants sont en cuir ou textile résistant avec des coques de protection bien placées, j’espère que les forces de l’ordre sauront être clémentes. Mais en cas de contrôle « tatillon », j’ai peur que seule la lettre soit appliquée…

    Simon Palatchi

  12. Bonjour,
    Au sujet de l’obligation de porter des gangs, une question me viens à l’esprit.
    Je suis propriétaire de gangs (peu importe la marque) dont j’ai coupé l’étiquette car elle me gênait (gratouilles au niveau des poignets).
    Il suffit de regarder les gangs pour voir qu’ils sont homologués CE mais que va faire le fonctionnaire de police si il constate que l’étiquette est absente ?
    Vais-je être verbaliser ?
    Vais-je devoir changer de gangs ?
    Quelqu’un peut-il me répondre pour éclairer ma lanterne ?
    Merci de votre aide.
    Wotan, un ami motard.

  13. @ Wotan Wotan : Encore une fois, tout est affaire de lettre et d’esprit de la lettre. L’esprit de la lettre est qu’il faut rouler protégé. On ose croire que les pandores feront la différence entre le kéké en tongs, slip et casque et le motard qui roule avec un blouson et des gants protecteurs, même si ceux-ci n’ont pas les mentions qu’il faut où il faut. Et il y a la lettre… Un policier zélé, pour ne pas dire franchement borné, pourra verbaliser n’importe quel motard roulant sans gants (évidemment), mais aussi avec des gants si ceux-ci ne font pas mention de leur homologation CE moto (avec le logo du motard à côté). Bref, on attend de voir, mais encore une fois à Agora Moto nous répétons que nous sommes contre cette contrainte d’homologation forcenée et de verbalisation repressive. Evidemment il faut rouler protégé, tous nos essais sont réalisés avec l’équipement ad hoc. Mais il vaudrait mieux inciter tout le monde… Cette mesure, déjà passé, n’empêche pas certains de rouler sans gants. J’en ai encore vu aujourd’hui dans Paris (et pourtant les températures tombent…).

    L’idéal serait évidemment de disposer à minima des plaquettes explicatives du gant (souvent fournies avec pour l’entretien et tout le toutim) sous la selle par exemple, pour prouver que le gant est homologué. Ou alors jouer à la roulette. Combien de fois avez-vous été contrôlé ? De plus, il se peut que même la maréchaussée s’y perde entre les gants homologués CE, CE moto, CE moto et EPI. Bref… Le texte de loi est là, pas sûr qu’il soit appliqué à grande envergure. Mais, dans le cadre d’opérations ciblées, c’est envisageable…

    Simon Palatchi

  14. @Jean-Pierre Malvoisin : Bonjour, pour les mitaines, les carottes sont effectivement plus que râpées… Les gants CE sont forcément protecteurs de toute la main, jusqu’à l’extrémité de chaque doigt. Avant de trouver des mitaines homologuées CE, de l’eau va donc couler sous les ponts…

    La Rédaction

  15. Petite précision concernant le décret mis en place : les gants ne doivent pas seulement être certifiés CE mais également EPI moto (Équipement de Protection Individuelle), ce qui implique que seuls les gants les plus récents et protecteurs sont concernés ! Un gant homologué CE mais pas certifié EPI ne rentre donc pas dans les gants dignes d’être portés d’après la loi… Et ce même si ils sont évidemment protecteurs…

    Simon Palatchi

  16. Bonjour, je desire reponse sur le fait qu il aurait fallu privilegier l invitation a la repression sur le port des gants vous savez tous comme moi que le Francais est indiscipline et qu il faut passer par la case repression pour que cela soit appliqué par tous et oui on ne devrait pas se limiter au seul gant mais egalement a une tenue complete de securite en etant gagnant pour sa securite et une bonne ristourne sur son assurance, signe un gendarme motocycliste qui roule depuis quelques annees avec une tenue de securite dans nos missions qutidiennes

  17. @ Bruno Chaussinand : En tant que motard de métier également, je suis d’accord…et pas d’accord. Oui, l’équipement est important et vital, j’en sais quelque chose. Mais, le Français est indiscipliné ? Quelle généralisation… La plupart des motards croisés sur la route sont généralement très convenablement protégés et ce sont principalement les utilisateurs urbains, et notamment les utilisateurs de scooters (ce n’est pas une attaque mais un triste constat…) qui négligent la protection, en particulier des pieds et des mains. Et la répression a ses limites, comme le prouve la récente remontée du nombre de morts sur nos routes. On a réprimé la vitesse à outrance, et cela a marché dans un premier temps avec des comportements évoluant favorablement. Néanmoins sur nos routes, depuis quelques temps, les comportements se relâchent dangereusement. Pourquoi toujours taper sur le contribuable ? Ceux qui roulent déjà protégés n’en pâtiront pas, et il sera impossible de verbaliser tous les contrevenants… Et j’imagine mal les assureurs français s’inspirer du modèle allemand, qui contraint à une protection complète, vu qu’ils se font déjà du pognon sur le dos des motards qui roulent protégés, sans autre compensation qu’une maigre ristourne sur l’équipement (onéreux) en cas de chute. Il vaudrait réellement mieux inciter et éduquer, via la formation, mais ce n’est pas la même mise en place ni le même coût. Une petite visite d’hôpital spécialisé comme Garches, ça calme en général ! Dernièrement Tito Rabat (pilote MotoGP) a eu un genou terriblement abîmé sur chute suite à une déchirure du cuir. Jorge Lorenzo, autre pilote MotoGP, a eu un doigt bien raccourci suite à une chute, malgré le port de gants haut de gamme. Il suffirait de montrer aux élèves le résultat sur la peau d’une chute à basse vitesse sans gants ou blouson de protection. Ce serait peut-être pertinent…

    Simon Palatchi

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*