Actus Motos

20 novembre 2016

Nouveautés 2017 : Aprilia Shiver 900 et Dorsoduro 900

Nouveautés 2017 : Aprilia Shiver 900 et Dorsoduro 900

Impromptues ?

Celles-ci, nul ne les attendait… Aprilia surprend à Milan en dévoilant les remplaçantes des Shiver et Dorsoduro, qui reprennent le nom et l’identité de ces deux modèles mais étrennent un nouveau moteur bicylindre !

Nouveau Shiver ? Oui ! les différences sont minimes et l'esprit reste le même, mais le roadster Aprilia évolue... Dix ans après son lancement !

Nouveau Shiver ? Oui ! les différences sont minimes et l’esprit reste le même, mais le roadster Aprilia évolue… Dix ans après son lancement !

Aprilia, focalisée depuis quelque temps déjà sur le duo RSV4 / Tuono V4 (et, dans une moindre mesure, sur les modèles 125 RS et Tuono), avait délaissé deux modèles qui ont pourtant été le cœur de la gamme à une période : les Shiver et Dorsoduro. Les deux modèles étaient pourtant toujours au catalogue dans leur déclinaison 750, le Dorsoduro 1200 ayant disparu fin 2015. Un modèle doté d’un écueil de taille : sa propension phénoménale pour la boisson ! Restaient donc le roadster Shiver 750 et le supermotard Dorsoduro 750, deux modèles vieillissants car apparus en 2007, et laissés en pré-retraite depuis quelques années. Pas d’évolution, pas de restylage… Et plus guère de ventes ! On, pensait même que la marque allait changer son fusil d’épaule, repartir à zéro pour des remplaçants… Que nenni ! Voici donc les Shiver et Dorsoduro 2017 ! De façon tout à fait curieuse, c’est sur l’esthétique qu’Aprilia a le moins travaillé.

Si le Shiver évolue dans le détail, avec un nouveau bloc optique, un nouveau compteur numérique avec écran TFT annoncé « très lisible », des flancs redessinés avec de nouvelles écopes latérales et un postérieur plus rebondi, notamment dans le dessin des échappements, le Dorsoduro est en tous points identique ! Seuls le compteur et les jantes diffèrent (les mêmes que sur le Shiver, 2kg plus légères qu’auparavant), et il faudra un œil de rapace pour le distinguer à distance ou en mouvement…

Le Dorsoduro, lui, est immédiatement reconnaissable. Et pour cause, rien ne change ou presque ! Dommage...

Le Dorsoduro, lui, est immédiatement reconnaissable. Et pour cause, rien ne change ou presque ! Dommage…

La fourche Kayaba est également nouvelle et réglable, mais sans différence visuelle. Curieux, un petit lifting n’aurait peut-être pas été superflu. Là où la marque de Noale a en revanche porté toute son attention, c’est sur le bicylindre en V. Si les fondements de ce moteur sont les mêmes (vous n’avez qu’à comparer modèles 2016 et 2017, les carters diffèrent un peu mais les blocs sont identiques), le twin gagne en muscle grâce à une course agrandie. Cela permet d’atteindre les 900 cm3 (896,1 pour être précis) et de développer 95,2 chevaux à 8 750 tr/min. Une puissance qui enfle très peu par rapport aux 92 chevaux du 750, mais qui permet de rentrer pile-poil dans la limite de puissance du permis A2 (70 kW, le double des 35 autorisés une fois bridé) ! Le couple, en revanche, profite de l’augmentation de cylindrée pour passer de 8,4 à 9,2 mkg, mais 1 500 tr/min plus haut que précédemment.

Ça, c’est pour le Dorsoduro car le Shiver 750 avait déjà 95 chevaux et un couple haut perché (7 000 tr/min) mais toujours inférieur (8,2 mkg). Bien évidemment, ce bicylindre répond à la norme Euro 4. L’électronique est également présente en force désormais, avec évidemment l’ABS et l’accélérateur Ride-by-wire et ses diverses cartographies moteur (Sport, Touring, Rain), deux éléments déjà présents sur les 750, mais surtout l’antipatinage Aprilia ajustable sur trois niveaux, issu des sportifs Tuono et RSV4.

Plus de couple pour le bicylindre qui gagne en cylindrée, mais toujours la même puissance de 95 chevaux pour être disponible aux titulaires du permis A2 !

Plus de couple pour le bicylindre qui gagne en cylindrée, mais toujours la même puissance de 95 chevaux pour être disponible aux titulaires du permis A2 !

En revanche, l’un des griefs faits aux Shiver et Dorsoduro était une consommation mal maîtrisée. C’était surtout vrai pour la 1200 (qui, essai à l’appui par le red’chef, peinait à descendre sous les 11-12 l/100 km), mais les 750 n’étaient guère moins gourmands. La marque annonce plus de 200 km d’autonomie pour le Dorsoduro 900, toujours affublé de son ridiculement petit réservoir de 12 litres. Ce qui fait tout de même près de 6 l/100 km de consommation, à priori sans tartiner puisque Aprilia annonce là l’autonomie maxi. Toujours aussi voraces semble-t-il ! Avec 15 litres, le Shiver sera un peu mieux loti… bref, Aprilia ne révolutionne pas ses modèles, se contentant d’une sage évolution. Un choix curieux pour deux motos en perte de vitesse sur le marché et face à une concurrence sans cesse renouvelée. Un choix probablement économique surtout… Dommage.

Voir la fiche technique complète Aprilia Shiver 900 2017.

Voir la fiche technique complète Aprilia Dorsoduro 900 2017.

Voir la vidéo de présentation des modèles.

Par Agora Moto, photos Aprilia

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*