Actus Générales

30 octobre 2015

Yamaha au Tokyo Motor Show 2015

Yamaha au Tokyo Motor Show 2015

Un avenir sur trois voire quatre roues ?

De l’électrique, du technologique, du classique, du tricycle et un concept automobile, voici les prototypes dévoilés par Yamaha au 44e Tokyo Motor Show !

Le LMW-MWT-9 est un trois roues aux forts gènes de MT-09. Demain sur les routes ?

Le LMW-MWT-9 est un trois roues aux forts gènes de MT-09. Demain sur les routes ?

Yamaha dévoile un pan de son futur au Tokyo Motor Show, un futur polymorphe. La marque explore en effet diverses pistes et entend se diversifier (ou du moins intensifier sa présence dans certains secteurs), comme le montrent les prototypes dévoilés. Reprenant une formule déjà vue, le plus abouti est sans conteste le curieux tricycle baptisé LMW-MWT-9. Contrairement aux futuristes 01GEN, 03GEN-f et 03GEN-x qui l’ont précédé, ce concept est beaucoup plus proche d’une production en série hypothétique. En effet il repose, comme son nom l’indique, sur l’architecture d’une MT-09 dont le train avant aurait été emprunté (en largement plus dimensionné), à un scooter Tricity. On retrouve donc le moteur trois-cylindres et le bras oscillant d’une MT-09, tandis que tout le reste est novateur. La face avant, particulièrement acérée, impressionne, tandis que les dimensions globales de l’engin semblent contenues, notamment en largeur.

On est plus proche du Tesseract que du Honda Neowing présenté lui aussi à Tokyo (bizarre cette profusion soudaine de trois-roues…), qui ressemble plus à un quad qui pencherait. Original, ce concept pourrait sans peine s’avérer sportif et rassurant, si le poids reste maîtrisé. Mais ce n’est pour le moment qu’un prototype…

Le Resonator 125 préfigure peut-être une prochaine 125 urbaine stylée pour remplacer feu le SR.

Le Resonator 125 préfigure peut-être une prochaine 125 urbaine stylée pour remplacer feu le SR.

Très abouti également, le Resonator 125. Une moto de petite cylindrée, que l’on verrait bien remplacer feu le SR 125 dans le cœur de ceux qui cherchent une moto urbaine de caractère.

Résolument destiné aux urbains modernes (hipsters) et mélomanes, avec ses « panneaux en bois sur le réservoir et le cache de selle, avec le même grain de bois utilisé dans les guitares » et « le silencieux et le bouchon de réservoir – entre autres – ornés des gravures réalisées avec les mêmes techniques que celles utilisées sur les instruments de la famille des cuivres », le Resonator 125 est à la limite de la surcharge visuelle mais fait dans le raffiné. On adore notamment les commodos minimalistes (voir galerie ci-dessous) et le tableau de bord numérique archi-complet avec GPS. Demain chez votre concessionnaire ? On y croit…

 

Le PES2 est splendide dans sa technique : dexu roues motrices, fourche monobras, cadre monocoque en aluminium. Whaou ! C'est hélas un prototype...

Le PES2 est splendide dans sa technique : dexu roues motrices, fourche monobras, cadre monocoque en aluminium. Whaou ! C’est hélas un prototype…

Plus éloignés d’une production prochaine, on trouve les PES2 et PED2. Cela fait un moment que Yamaha nous présente des modèles électriques légers, les PES1 et PED1 ayant déjà été présentés auparavant sous les formes respectives d’un roadster et d’une moto de cross. Le concept s’affine, la PES2 étant une petite sportive deux roues motrices grâce à l’ajout d’un petit moteur électrique dans le moyeu de la roue avant.

Le cadre monocoque est magnifique, la fourche monobras également, mais l’on n’ose imaginer le coût de production en série d’un tel engin… Plus raisonnable, le PED2 est la vision d’un petit trail électrique léger, « conçu pour exploiter tous les avantages des performances silencieuses et « propres » d’un véhicule électrique pour mieux profiter de la nature ». Yamaha annonce des performances équivalentes à un 125. Premier aperçu en série en 2016 possible.

Enfin, Yamaha s’oriente vers deux univers étonnants : les robots et l’automobile. Concernant le second point, la marque n’est pas une novice. Outre la Formule 1 de 1989 à 1997, la marque a été motoriste pour Volvo (un V8 4,4 l) et Lexus (le fabuleux V10 de la supercar LFA).

Le Motobot préfigure-t-il les courses de demain ? Probablement pas, mais des nouvelles technologies, assurément !

Le Motobot préfigure-t-il les courses de demain ? Probablement pas, mais des nouvelles technologies, assurément !

Yamaha imagine avec le prototype Sports Ride un petit coupé deux places qui « s’appuie sur le processus iStream de Gordon Murray (fameux ingénieur de la F1, NDLR) et vise à créer une relation conducteur-machine proche de celle que peut avoir le pilote avec sa moto en termes de sensations ». On demande à voir, même si les 750 kilos annoncé pourraient effectivement permettre des sensations fortes sur petite route. Yamaha a en tout cas soigné la présentation et la finition. Concernant les robots, le curieux Motobot, « capable de piloter une moto non modifiée à plus de 200 km/h sur une piste », n’est pas prévu pour remplacer Jorge Lorenzo ou Valentino Rossi. Enfin, pas tout de suite… Par contre la marque doit pour cela utiliser « divers systèmes de commande devant fonctionner à un niveau élevé de précision » et « créer des systèmes perfectionnés de sécurité et d’assistance au pilote ».

Avec, comme démarche finale, de pouvoir ensuite « les intégrer dans nos produits actuels, mais aussi les utiliser pour créer de nouvelles offres ». Tant que la moto ne roule pas toute seule demain…

Par Agora Moto, photos Yamaha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*